Inhumaines, Philippe Claudel,Stock,130pages

InhumainesPhilippe Claudel fait son « Ouellebecq des mauvais jours ».

Inhumaines est composé comme un recueil de nouvelles avec pour fil conducteur les employés d’une société internationale indéfinie. Leurs préoccupations principales sont le sexe pervers, la violence gratuite allant jusqu’au meurtre sans état d’âme, accompagné de xénophobie ouverte et de misogynie sans limites.

En quatrième de couverture, Philippe Claudel déclare « Nous sommes devenus des monstres. On pourrait s’en affliger. Mieux vaut en rire. »

L’humour est malheureusement bien rare dans ce texte qui se veut provocateur. Philippe Claudel échoue même sur cette facette. Accordons à l’auteur de La petite fille de Monsieur Linth et Le rapport de Brodeck l’intention de ridiculiser ses personnages, mais il rate son but en accumulant outrancièrement leur dépravation et bascule sans le vouloir dans l’apologie de la bassesse humaine.

olonnois85