My absolute darling

DU LOURD ! S'il n'y avait qu'un livre à choisir, ce serait celui-là ! Mais si vous n'êtes pas prêts à souffrir, passez votre chemin !

Nous voilà dans un univers étrange, déroutant, où se côtoient, une nature envoûtante et envahissante, des tiques et autres bestioles peu sympathiques, des armes et.... des armes, des outils divers, la forêt, l'océan et une famille désaxée !

Un père survivaliste qui, sous prétexte de préparer sa fille au chaos imminent, l'isole dans une masure crade au fond des bois/manipulateur/pervers/aimant (trop ?, faux ce n'est pas aimer ! archi-faux ?)/possessif/diabolique/cultivé (?)/abusif/dérangé.

Notre héroïne aux trois prénoms, Croquette/Turtle/Julia, autant de personnalités dans lesquelles elle devra choisir. À quatorze ans, ado sans figure maternelle (sa mère, la grande absente omniprésente) Turtle est trop étrange pour se faire des amies.

Dès les premières pages, l'histoire nous absorbe complètement. Nous devenons Croquette/Turtle/Julia ; son langage limité fait de "moule illettrée" ou de "connasse" importe peu, nous l'habitons, elle et son horizon bouché, limité à la forêt et à l'école ; nous ressentons ses émotions, son enfermement, sa solitude, son absence d'alternatives, puis une petite lumière, la possibilité d'une ouverture vers un monde "normal", mais aussi la culpabilité, le conditionnement qui l'empêchent de s'y projeter : son père n'a qu'elle et elle est tout pour lui !  

Les turpitudes du père défilent, décrites sans complaisance, mais avec retenue. Parallèlement Turtle grandit (son vocabulaire change, ses mots sont plus précis, son analyse psychologique des mécanismes de domination s'affine). On comprend avec elle que sa libération ne pourra se faire sans dégâts. Violence de situation, violence des mots, violence des gestes, violence du paysage. Même les rituels anodins du matin sont dérangeants ! Et cette impossibilité de faire des choix qui, quels qu'ils soient, seront destructeurs et irréversibles.

C'est une tragédie, un drame auquel nous sommes conviés ! Et  il y aura un sacrifice ultime miroir du premier. On ressort de cette lecture abasourdis, déstabilisés, notre âme de lecteur recouverte de cicatrices !

Roman réimprimé pour la troisième fois en France, pour atteindre 70 000 exemplaires, succès aux EU l'an dernier, gageons que ce n'est pas fini.