Le Président a disparu, Bill Clinton et James Patterson, Ed JC Lattès, 491 pages

Le président

Lecture d'été, polar bien ficelé, des chapitres courts, style incisif, un page-turner.

L'intrigue se déroule sur 3 jours, juste avant un choc qui va anéantir les États-Unis. Pourquoi en dire plus ? Chaque chapitre dévoile un peu plus le décor de la Maison-Blanche, le rôle des services secrets, l'objet de la menace qui plane sur le pays. Les ficelles sont là, un peu grosses parfois, un président courageux, des rivaux aux dents acérées, une coupable suggérée un peu trop évidente, un péril imminent parfaitement orchestré, une tueuse amoureuse de Bach dont la musique défile dans ses oreillettes accompagnée d'Anna Magdalena... son fusil. Oui, lecture parfaite, mais fin décevante, et même plus, on se croirait revenu aux années soixante et aux premiers 007.

On peut lire le livre pour l'intrigue, et zapper la fin ;-)

melianne