La vraie vie, Alice Dieudonné, éditions de l’iconoclaste, 270 p.

la-vraie-vieElle raconte une vie ordinaire de petite fille de dix ans qui vit dans un lotissement en bordure de forêt. Avec son père, chasseur qui entrepose les trophées dans une chambre de la maison. La chambre des cadavres. Sa mère, qu’elle surnomme l‘amibe, prépare les repas et se résigne sous les coups du père. Et Gilles, le petit frère. D’elle, on ne connaîtra pas le prénom.

Elle raconte une vie triste et un peu glauque, avec comme point positif l’immense amour qu’elle porte à son petit frère de six ans.

Et puis un jour, le drame, le traumatisme qui emporte Gilles au pays des malfaisants. Elle assiste à la transformation du petit en prédateur et se donne pour mission de le ramener dans la vraie vie.

Un roman dur qui n‘est pas sans rappeler « My absolute darling », avec les scènes dans une nature hostile, l’apprentissage de la vie et les premiers émois adolescents.

L’écriture est ciselée, rapide, incisive. L’héroïne nous emmène dans son monde terrifiant et on halète jusqu’au bout en espérant qu’elle s’en sorte.

Un beau premier roman.

monohak