La révolte, Clara Dupont-Monot, Stock, 242 pages

La révolteAprès sa séparation du roi de France Louis VII, la duchesse d’Aquitaine et contesse du Poitou épouse Henri Platagênet qui deviendra Henri II, roi d’Angleterre. Bien qu’elle ait eu avec lui huit enfants, lorsque Henri II se comporte comme le maître de l’Aquitaine, Aliénor, avec l’aide de trois de ses fils, de son ancien époux Louis VII et du roi d’Écosse, se révolte contre lui.

Le roman de Clara Dupont-Monot est conté de la perspective de son fils préféré Richard, surnommé Richard Coeur de Lion, qui, à la mort de Henri II, deviendra à son tour roi d’Angleterre.

Si les parties historiques ou supposées tellescaptent l’intérêt du lecteur (l’auteure confirme en annexe avoir frelaté l’histoire) et restent crédibles, les passages sur les hypothétiques sentiments sont insipides ou exagérés.

Richard éprouve pour sa mère de l’admiration sans limite et la vénère. Après l’échec de la révolte contre son père, par intérêt il lui prête allégeance et en est récompensé tandis qu’Aliénor se voit maintenue pendant seize ans en détention. Pire encore, Richard n’hésite pas sur ordre de son père à ravager l’Aquitaine, pays si cher à sa mère. Les remords ou la supposée mauvaise conscience de Richard que Clara Dupont-Monot attribue à Richard sont invraisemblables.

Sur la fin de son roman, l’auteure se concentre sur Richard et délaisse Aliénor alors qu’historiquement ce fut l’époque où elle exerça le plus son pouvoir. Clara Dupont-Monot n’a cependant pas prétendu consacrer exclusivement son œuvre à celle qui fut deux fois reine.

Le chapitre où Richard, alors au Proche-Orient, semble converser par écrit avec Aliénor restée en Occident est en déphasage avec les difficultés de communication du XIIe siècle. L’impression est donnée qu’ils échangeaient par courriel ou par télépathie. La négligence portée sur les problèmes de transport et de communication est le second point faible de ce roman qui, malgré ses défauts, garde ses qualités et un incontestable intérêt.

olonnois85