Des types comme nousDes types comme nous, Roman Strajnic, Fleuve, 201 pages

Des types comme nous est un roman policier sans meurtre, sans violence extrême et où la police n’a qu’un rôle très secondaire.

Après avoir fui Vukovar, Dusan Savicenic a trouvé refuge à Cannes où il travaille pour une agence de sécurité qui couvre, entre autres, le fameux Festival. À sa grande surprise, il est contacté pour assurer la sécurité de la nouvelle star américaine Kristen Warwick qui tient un rôle principal dans un film nominé, mais dont la chance de décrocher une récompense est faible. Inclus dans l’importante équipe de sécurité américaine, Dusan se sent peu intégré. Il ne pourra pas empêcher l’enlèvement de Kristen Warwick. Bien qu’il n’y soit pour rien, il a mauvaise conscience de ne pas avoir effectué son travail avec succès et se détermine donc à retrouver l’otage.

Plus que l’histoire policière bien menée, mais sans grande surprise, Roman Strajnic en profite pour égratigner le glamour du Festival de Cannes et pointe du doigt certaines postures dans le milieu du cinéma. Il le connaît très bien puisqu’il y a travaillé plus d’une dizaine d’années et fut un temps chargé de la venue d’équipes au Festival de Cannes. Nombreux sont les personnages qui ne sont pas comme ils semblent être. Il y a des victimes qui ne le sont pas. Bien naïf est celui qui fait trop facilement confiance. D’une certaine manière, ce roman policier rondement mené est un roman moralisateur. Mais en somme, tout cela n’est-il pas du cinéma ?

olonnois85