Les choses humaines, Karine TUIL, Gallimard, 340 pages

Résultat de recherche d'images pour "les choses humaines image du livre"Oui, je suis fan de cette auteure : ses livres sont des constructions précises et habiles où les petites histoires interagissent avec les plus grandes. Une fois de plus, Karyn Tuil nous scotche avec une histoire sur le sexe, celui qui détruit aussi brutalement qu'il soumet, le sexe dont tout le monde parle ou que l'on tait.

L'histoire commence de manière assez tranquille par la description des personnages, des vies particulières certes avec la notoriété, l'argent. Bien sûr, il est déjà question de sexe, mais vu au travers des médias. On croise Clinton et ses stagiaires, les événements de Cologne. Ces histoires paraissent plantées dans le récit, un peu inutiles ou justes pour le décor et pourtant elles nous ont imprégnés comme le montre la suite du récit.

Dans la deuxième partie, l'auteure joue avec nous : qui croyons-nous dans cette affaire, la victime ou le coupable ? Parfois l'un, parfois l'autre ?
En distillant, au cours du procès, habilement, quelques informations, l'auteure nous montre la complexité des relations sexuelles dans lesquelles les codes ne sont pas nécessairement partagés. Quelle peut être la sanction pour « vingt minutes d'action » ? Aurions-nous changé notre regard sur le viol après la médiatisation des affaires ?

L'auteure nous emmène au fond de l'intime, dans sa complexité, dans ses secrets. La plaidoirie de l'avocat de la défense est un modèle du genre. Et la petite touche finale parfaite du roman est dans l'air du temps.

melianne