06 décembre 2017

La Fontaine une école buissonnière, Érik Orsenna

La Fontaine une école buissonnière, Érik Orsenna, Stock, 176 pages   Sur un ton ton anjoué, Érik Orsenna nous livre un portrait sommaire de Jean de La Fontaine. C’est un petit délice qui nous replonge dans notre enfance, ce temps où nous apprenions ces plus célèbres fables qu’Érik Orsenna cite. Il en rajoute quelques unes moins connues et un peu polissonne (Les lunettes) que nos maîtres n’auraient sûrement pas osé nous laisser réciter en classe. Si quelques fables de La Fontaine nous sont encore en mémoire, nous en savons peu... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 20:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 novembre 2017

Mon autopsie, Jean-Louis Fournier

Mon autopsie, Jean-Louis Fournier, Stock, 192 pages Jean-Louis Fournier est mort. Il a fait don de son corps à la science et celui-ci se retrouve sur la table de dissection de l’Académie de médecine. Il a de la chance, c’est une belle étudiante qu’il nomme Égoïne (comme la scie) qui va le disséquer. Pour un peu, il en regretterait d’être trépassé. Elle dissèque son corps, il dissèque son âme. Sans état d’âme. Le roman de Jean-Louis Fournier, mieux vaudrait peut-être parler de son autobiographie, est découpé en courts... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 août 2017

La femme nue, Elena Stancanelli

La femme nue, Elena Stancanelli, Stock, 195pages   Anna, la narratrice, se confie à Vale (son frère ?) et tente d’expliquer les raisons de son comportement des derniers temps. Alors qu’elle partageait sa vie avec Davide depuis cinq ans, elle surprend par hasard au téléphone une conversation qu’il a avec un ami. Bien que le couple se veuille très libre, elle comprend que Davide a une liaison avec une autre femme qu’elle appelle Chien. Jalouse, elle installe une application sur l’iPhone de Davide qui lui permet de le localiser... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mars 2017

Inhumaines, Philippe Claudel

Inhumaines, Philippe Claudel,Stock,130pages Philippe Claudel fait son « Ouellebecq des mauvais jours ». Inhumaines est composé comme un recueil de nouvelles avec pour fil conducteur les employés d’une société internationale indéfinie. Leurs préoccupations principales sont le sexe pervers, la violence gratuite allant jusqu’au meurtre sans état d’âme, accompagné de xénophobie ouverte et de misogynie sans limites. En quatrième de couverture, Philippe Claudel déclare « Nous sommes devenus des monstres. On pourrait s’en... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 février 2017

L’origine de nos amours, Érik Orsenna

L’origine de nos amours, Érik Orsenna, Stock,275pages À deux jours près, Érik et son père Claude ont divorcé de leur femme respective. De l’avis du père, un gène défectueux affecte à chaque génération un homme de la famille : le gène de l’amour qui empêche de garder une femme. Il se lance alors dans la recherche de l’origine de ce défaut, quel aïeul en fut le premier touché ? Il espère ainsi, peut-être, pouvoir surmonter ce mal, d’autant qu’aussi bien lui-même que son fils, après quelques errements, semblent avoir enfin... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 18:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 février 2016

L'arbre du pays Toraja, Philippe Claudel

L'arbre du pays Toraja, Philippe Claudel, Stock, 209 pages Les romans de Philippe Claudel sont souvent glauques et tristes. Bien que la mort soit présente, L'arbre du pays Toraja sort de cette lignée. Deux des principaux personnages sont Florence, ex-femme du narrateur, un metteur en scène, qui entretient une liaison sporadique avec lui, et Elena, un médecin originaire de Croatie et d'une vingtaine d'années de moins. Si le thème de ce roman est la relation qu'entretient le narrateur avec ces deux femmes, le fils rouge est le décès... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 janvier 2015

Les mots qu’on ne me dit pas, Véronique Poulain

Les mots qu’on ne me dit pas, Véronique Poulain, Stock, 140 pages.   Les parents de Véronique Poulain sont sourds, tout comme son oncle côté maternel et sa femme. Leurs enfants ne le sont pas. Dès sa plus petite enfance, Véronique Poulain vit dans deux mondes qui ne se comprennent que difficilement : celui des sourds, comme ses parents, et celui des entendants, comme elle. Elle décrit dans ce livre tous les problèmes d’une petite fille dans le quotidien, ses difficultés à l’école, avec ses copines, avec ses amis, bref,... [Lire la suite]
Posté par Olonnois85 à 14:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,